septembre 14, 2021

Pour une Laïcité a-dogmatique – qu’est-ce que cela veut dire ?

En France, la « laïcité » est un champ de tranchées et de combats – et ce alors que son sens est, précisément, de permettre qu’une communauté humaine, ou des communautés humaines, liées les uns aux autres, n’en viennent pas à se battre, à se retrouver dans des tranchées et des combats, artificiels et gravissimes. Ce blog est inspiré des analyses et des idées, exprimées dans l’ouvrage indiqué ci-dessous.

Voici sa présentation :

« Cette nouvelle édition qui paraît en juillet 2021 est sous-titrée, «Pour une laïcité a-dogmatique». C’est que, en France, la «laïcité» est un sujet obsessionnel dans les débats publics, intelligents ou pas, honnêtes et sérieux, ou pas. Outre qu’il s’agit d’en clairement comprendre le sens, l’auteur propose dans cet ouvrage de DEPASSER le statu quo français pour aller vers une nouvelle phase, situation, vraiment, authentiquement laïque. En effet, puisque la «laïcité » implique une absence, collective, de dogmes sur des sujets essentiels, elle ne peut pas elle-même devenir un dogme, ce que font ses thuriféraires. La neutralisation de la puissance laïque par des anti-laïques qui revêtent des habits de Tartuffe quand ils prétendent l’honorer dure depuis des décennies, imposant aux Français un blocage, social et politique, durable et dangereux. Cette nouvelle édition comprend une longue introduction par laquelle l’auteur vous propose une réflexion, il le pense, novatrice, sur le cultuel/culturel, le «religieux», les croyances, et ce afin de sortir des apories françaises comme internationales. Des croyances, il lui faut rappeler, expliquer, qu’il y a des croyances universelles et décisives, des croyances pertinentes et d’autres, stupides, dangereuses, et que les auteurs/acteur de ces croyances ne sont pas seulement des «croyants/pratiquants» comme on les identifie souvent par référence aux religions, mais que les intellectuels/clercs en sont souvent ou les auteurs ou les propagandistes les plus zélés et parfois hélas, dangereux. Ce n’est pas un hasard si les agents du 11 septembre 2001 étaient connus pour leurs qualités intellectuelles, comme cela fut le cas avec le seul égyptien de cette organisation, Mohammed Atta. Mais cette nouvelle version du Manichéisme n’était qu’un avatar tardif de l’Histoire de ce courant «religieux» si méconnu aujourd’hui alors qu’il est devenu mondialement omniprésent et si influent. De l’Histoire des cultes/cultures, l’auteur doit rappeler que le plus fréquent dans l’espace et dans le temps fut la tolérance, la curiosité des uns et des autres pour les autres, les autres cultes, mais que le fanatisme est venu bouleverser les relations humaines, à partir du moment où certains ont cru pouvoir prétendre disposer de LA vérité et de toute LA vérité. Une nouvelle critique de la Raison/Irrationalité théo-logique doit être à même de faire baisser les conflits artificiels qui grèvent le présent de tant de pays pour leur substituer des débats apaisés et novateurs. Mais pour cela, l’auteur préconise de développer des connaissances historiques et intellectuelles, précises. Ce qui permettra, par exemple, de ne plus confondre monothéisme et manichéisme. C’est un enjeu pour l’espèce humaine, alors que les nihilistes la menacent. L’ouvrage est dédié, avec une postface, à la mémoire de Samuel Paty – et l’auteur n’hésite pas à constater et dénoncer en France une islamophobie, une «islamo/obsession» absolument contraire à la fameuse laïcité. Quand nous sommes pris dans un labyrinthe, il ne sert à rien de buter sur les voies sans issue – il faut trouver le chemin de la sortie. Certains pensent s’en sortir en s’envolant dans les limbes des Idées dont ils répètent le nom, mais les sorties imaginaires ne valent pas les sorties réelles. Il faut arriver en « terre promise ». »

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x